Quels sont les risques d’une opération de la carotide ?


Les risques d'une opération de la carotide sont devenus très faibles, grâce à l'amélioration des techniques chirurgicales et anesthésiques, à des bilans préopératoires plus précis et à une meilleure surveillance postopératoire. L’opération ne sera décidée que si le risque d’avc lié à la sténose carotidienne est supérieur au risque opératoire.

A) Les risques de l'opération de la carotide.

Les risques de l'opération de la carotide dépendent :

1) Des maladies associées.

Certaines maladies augmentent le risque de l'opération et notamment l'hypertension artérielle, le diabète, l'insuffisance rénale, l'insuffisance coronaire, l'insuffisance respiratoire et bien d'autres.

C'est ce qui justifie la consultation d'anesthésie préopératoire qui va permettre d'évaluer ces maladies et d'agir en conséquence lors de l'opération pour limiter au maximum leurs effets néfastes.

2) De l'état des artères.

En premier lieu la plaque d'athérome responsable de la sténose. Si elle est rompue et a entraîné des symptômes, le risque opératoire est doublé mais le risque qu'entraîne cette sténose, si elle n'est pas opérée, est quatre fois plus important que le risque opératoire.

L'état des autres artères est important, notamment l'occlusion de la carotide de l'autre côté, mais là encore le risque est beaucoup plus élevé en l'absence d'opération.

3) Du respect des protocoles thérapeutiques.

Le risque opératoire est d'autant plus faible que l'équipe soignante applique scrupuleusement les protocoles de prévention des complications opératoires.

B) Le risque d'AVC lié à la sténose carotidienne si elle n’est pas opérée.

Le risque lié à la sténose dépend :

1) Du degré de sténose.

Plus une sténose est serrée, plus elle entraîne un risque d'AVC car la plaque d'athérome est plus volumineuse et a donc plus de risque de se rompre, et parce que le sang parvient moins bien au cerveau.

2) De l'aspect de la plaque.

Une plaque irrégulière, peu calcifiée, siège d'une ulcération est à plus haut risque d'AVC.

3) De l'existence ou non de symptômes.

Une sténose symptomatique est à plus haut risque d'AVC qu'une sténose asymptomatique.

En savoir plus sur le risque d'AVC de la sténose carotidienne

C) L'indication opératoire.

L'opération ne sera décidée que si le risque lié à la sténose carotidienne est supérieur au risque chirurgical.

Si la sténose carotidienne a un risque modéré d'AVC et que le risque de la chirurgie est élevé, votre plaque d'athérome sera laissée en place et un traitement optimal de vos facteurs de risque d'athérosclérose (hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie,...) associé à un traitement antiaggrégant plaquettaire vous sera prescrit.

Si la sténose carotidienne est a risque élevé d'AVC mais que l'opération est aussi risquée, une angioplastie carotidienne vous sera éventuellement proposée.

En savoir plus sur l'angioplastie carotidienne

Dans le cas contraire, une autre stratégie thérapeutique vous sera expliquée et proposée par vos médecins.

D) Le consentement éclairé.

Le chirurgien et l'anesthésiste, parfois après avoir consulté d'autres médecins sur votre cas, décideront s'ils confirment ou non l'indication chirurgicale. Ils vous expliqueront les risques liés à la sténose et ceux liés à l'intervention chirurgicale et vous remettront un document appelé « le consentement éclairé du patient » qui résume le déroulement de l'opération et les complications potentielles.

Vous devrez dater et signer ce document si vous êtes d'accord pour vous faire opérer.

Si vous avez des doutes, n'hésitez pas à demander un temps de réflexion, en sachant que dans certains cas, et notamment en cas de sténose symptomatique, le risque de récidive d'AVC est élevé à court terme et qu'il vaut mieux ne pas perdre de temps.

Leave a Comment