Echographie-doppler


L’échographie-doppler est un examen très peu invasif qui analyse les vitesses dans la sténose, la structure de la plaque et le retentissement hémodynamique en aval.

Cet examen regroupe le doppler continu, l’analyse échographique de la paroi vasculaire et de la plaque d’athérome et le doppler transcrânien.

A) Le doppler continu.

Le doppler continu analyse les vitesses dans la sténose et en amont et en aval de celle-ci ce qui permet une évaluation du degré de sténose et du retentissement hémodynamique sur la carotide interne en aval. Des vitesses systoliques à 2,40 mètres par seconde correspondent à un degré de sténose d’environ 70 % en critères européens.

Il s’y associe l’étude des flux dans l’artère ophtalmique.

  • Si l’artère ophtalmique est positive et symétrique avec l’artère ophtalmique controlatérale cela signifie que le flux par l’axe carotidien est suffisant pour perfuser correctement l’hémisphère homolatéral ou, si ce flux n’est pas suffisant, qu’il est bien compensé par les communicantes du polygone de Willis.
  • Si l’artère ophtalmique est amortie ou nulle voire inversée cela signifie que la sténose a un retentissement hémodynamique important et qu’il n’est pas compensé par le polygone de Willis. Soit celui-ci est insuffisant, soit il existe des sténoses très serrées voire des occlusions des autres axes artériels à destinée encéphalique. Il peut exister une asymétrie ou une inversion d’une artère ophtalmique physiologique mais cela est très rare. Si l’artère ophtalmique était positive et s’inverse alors que la sténose carotidienne homolatérale a évolué vers une sténose très serrée il y a alors aucun doute sur le retentissement hémodynamique intracrânien de la sténose.

B) L’échographie.

L’échographie étudie la paroi artérielle et permet d’évaluer le degré de sténose par rapport au bulbe et, si les conditions anatomiques le permettent, par rapport à la carotide interne d’aval.

Elle permet l’analyse du caractère échogène de la plaque d’athérome qui a été corrélé au risque embolique. Les plaques les moins échogènes étant les plus emboligènes.

Lorsqu’une plaque est très calcifiée donc très échogène, elle bloque les ultrasons et ne permet pas d’évaluer le degré de sténose en échographie. Celui-ci est alors uniquement analysé en doppler continu.

C) Le doppler transcrânien.

Le doppler transcrânien utilise les fenêtres temporales pour mesurer les vitesses dans les artères sylviennes.

Cela permet d’évaluer le retentissement hémodynamique intracrânien de la sténose carotidienne. Ce retentissement hémodynamique intracrânien est classé en trois stades. Le stade 3 étant le plus sévère.

Mais, et surtout chez les sujets âgés, ces fenêtres temporales ne sont pas toujours perméables.

Leave a Comment